Le ver est dans la pomme

ajouté le 15.08.2012 dans Suisse • par SwissTenguCommentaires
Tags: droit audiovision dfjp

Je vous en avais rapidement parlé hier : le DFJP monte un groupe de travail censé mettre le droit d'auteur au goût du jour, avec une réelle volonté de le moderniser en écartant d'entrée de jeu la répression.
Je vous avais aussi fait part dans ce même billet de mes 2-3 inquiétudes en voyant qu'Audiovision Suisse était de la partie.

Ça n'a pas manqué ;).

Notre ami Markus Naef, déjà connu pour ses sorties à l'emporte-pièce émises d'une voix sortant du paléolithique, a remis ça : http://www.tdg.ch/high-tech/we...

Il s'avoue "très déçu de lire cette position dans le communiqué qui annonçait la création du groupe de travail". La position en question, c'est "pas de répression, ça marche pas".

Alors oui, après il sort les superbes arguments bateau, comme :
- responsabiliser les FAI (coucou la police privée)
- la censure (pardon, la mise sur liste noire de certains sites de partage)
- la mort des offres existantes si licence globale (argumentée, vous verrez)
- y a que la répression qui marchera (bah oui, bon sang, son salaire en dépend !)

Chose très drôle à voir, il se considère comme un spécialiste sur la question, ou du moins n'hésite pas à vouloir conseiller les futurs membres du groupe de travail :
Si vous demandez à des spécialistes de réfléchir à un problème, vous ne les privez pas d’entrée de jeu d’une solution potentielle.


À d'autres, Monsieur Naef. Votre seule position de représentant de Fox vous disqualifie d'entrée de jeu pour participer à ce groupe de travail, ou même de donner votre avis sur la question. Pourquoi ? Simplement parce que vous faites partie de l'ancienne génération, celle que d'aucun appelle les "moines copistes". Vous savez, ceux qui ont vu venir la chose qu'on appelle Internet, et qui n'ont pas fait un pas dans le sens de l'évolution. Ceux-là même qui, actuellement, sont en train de vouloir tous nous enfermer dans des lois liberticides, ceux-là même qui veulent faire surveiller chaque octet transitant entre notre ordinateur et le reste du monde.
Ceux-là même qui ont déjà tenté de faire passer ACTA dans le monde et qui se ramassent un joli râteau. Ceux-là même qui tentent de faire passer CETA, le petit frère de l'ACTA. Ceux-là même qui, contre vents et marrée, refusent de suivre la tendance moderne du partage culturel.
Ceux-là même qui ont tout à perdre, beaucoup plus que les artistes eux-même, face à la montée en puissance du partage personnel via les moyens numériques modernes.

Mais reprenons les arguments de Monsieur Naef, voulez-vous ? Il y a quelques perles.

Pour nous, c’est la lutte contre le piratage qui devrait être au premier plan, pas l’amélioration de la gestion collective des droits d’auteur.

Hmm. et qui va la payer, cette lutte ? Vous, Monsieur Naef ? Ne comptez pas sur le Peuple Suisse pour financer une HADOPI ! Lutter ne sert plus à rien, après 10 ans. Il vous faut vous adapter, proposer de l'innovation au lieu de vouloir nous retenir dans votre passé. Quant à ignorer une amélioration de la gestion collective des droits d'auteur... Comment dire.... Vous ratez complètement votre cible, ou plutôt vous vous assurez qu'on ne viendra pas toucher votre petit salaire (tiens, faudra que je demande à Moneyhouse de me fournir le montant déclaré sur vos impôts ;) ).

Pour nous, le but n’est pas de criminaliser l’utilisateur

Contradiction. En voulant bloquer des accès à des sites, en voulant mettre de la responsabilité sur les fournisseurs d'accès, vous criminalisez directement les usagers d'Internet. En les considérant tous comme des coupables.

Les plates-formes qui proposent des fichiers violant le droit d’auteur sont connues.

Bah, coupez-les. Il y en a 10 qui attendent de remplacer chacune des grosses plateformes. Sans compter tous les moyens existants actuellement pour passer outre les interdictions virtuelles.
Et puis, puis-je vous rappeler qu'avec le peer-to-peer, les fichiers ne sont pas sur les serveurs qui sont coupés à grands coups de béliers ?

On pourrait impliquer davantage les fournisseurs d’accès à internet et les inciter devenir plus sévères sur le téléchargement illégal. Par exemple en bloquant certains sites.

Bon, on va pas revenir sur le côté inutile des blocages de sites webs, si ? Non, parce que même les chinois n'y arrivent pas, alors....
Et on ne parlera pas non plus des risques de sur-blocage, ou de faux-positifs, ou... ou...
Et de toutes façons, la censure, c'est MAL. On est en démocratie, bordel ! Un régime où la liberté d'expression est un principe aussi naturel que celui de respirer ! L'accès à la culture ne devrait pas être freiné, mais au contraire garanti pour tous.

A terme, des entreprises comme Swisscom ou Cablecom, qui vendent aussi de la vidéo à la demande (VOD), auraient tout intérêt à tarir le flux du téléchargement illégal.

Là, par contre, "touché". On arrive à un petit problème qui est en train de se profiler : comment un fournisseur d'accès peut-il assurer une neutralité parfaite des réseaux s'il est lui-même éditeur et/ou distributeur de contenus ?
Il y a là matière à creuser - pour ma part, je vois arriver un seau de merde gros comme une maison. Y a qu'à voir les petites guerres intestines en France.... Certains (les Pays-Bas) ont d'ailleurs inscrit la Neutralité des réseaux dans la loi.

... j’ai été déçu de lire cette position dans le communiqué qui annonçait la création du groupe de travail. Si vous demandez à des spécialistes de réfléchir à un problème, vous ne les privez pas d’entrée de jeu d’une solution potentielle.

(En rapport à la volonté du Conseil Fédéral de rejette explicitement cette approche répressive)
Bah logique, que vous soyez déçu : c'est une approche innovante, qui pourrait permettre à tout le monde d'y trouver son compte, artistes comme consommateurs. Bon, évidemment, les distributeurs (dont vous faites partie) vont tirer la gueule, sans doute. On appelle ça la sélection naturelle, mon bon monsieur. C'est inévitable. Mais comme vous n'êtes pas trop loin de la retraite, ce n'est pas votre problème.

Le rap d’un inconnu vaut-il autant qu’un concerto de Vivaldi?

Hey, gros, Vivaldi, c'est du domaine public !
Après, on peut parler des droits d'interprétation - mais bon, y a museopen.org pour ça maintenant ;).

Et puis, une redevance supplémentaire d’une septantaine de francs par mois n’est pas supportable pour une partie de la population. Imaginez que l’Etat débloque des subventions pour aider ces gens à payer la facture. Au final, c’est comme si la suisse finançait le piratage.

Montant lancé comme ça, pour faire chic. C'est comme les 35% d'un certain président : sortis d'un chapeau. Et puis, la redevance copie privée, vous en faites quoi ? Certes, les constructeurs peuvent ou pas la reporter sur le prix de vente final, mais elle est tout de même payée à un moment ou l'autre.
Et la Suisse ne financerait pas le piratage, mais la culture, si subvention il y avait. Faut pas tout mélanger, mon bon Monsieur Naef. Faut réfléchir un peu avant de sortir des énormités aussi grosses que votre salaire de représentant Fox.

Enfin, la licence globale signerait aussi l’arrêt de mort des offres légales genre iTunes & Co.

En voilà une affirmation argumentée. Pourquoi ? Sur quoi vous êtes-vous basé pour sortir ça ? La plus-value de ces plateformes (confort d'utilisation, simplicité, absence de DRM, prix relativement corrects) est un gage de durée.
Est-ce que la redevance obligatoire pour la copie privée a tué les offres légales ? Bien sûr que non !

M'enfin, comme déjà dit, la licence globale n'est pas une solution. Juste un moyen transitoire tout au plus. Parce qu'il reste toujours le problème de la redistribution derrière.

Ces prochaines années, il sera toujours plus difficile de télécharger des œuvres piratées. Un peu partout, y compris en Suisse, les politiciens réalisent que les artistes locaux eux aussi souffrent du téléchargement illégal. Au final les lois vont être durcies pour garantir une certaine diversité culturelle.

À d'autres. Comme déjà dit plus haut, la technologie aura toujours quelques pas d'avance sur vous. Ce ne sont ni les blacklist, ni les blocages, ni les lois qui vont empêcher le piratage.

Je tiens aussi à noter que Monsieur Naef est l'archétype de ce qu'on lit et entend de la part des Majors : "on défend les artistes", "on ne pense qu'aux artistes", "il faut aider les artistes" etc. Or, ce n'est pas un artiste. De loin pas. Juste un économiste. Point final. Il pense à son salaire, à ce que les actionnaires de Fox peuvent gagner, à comment faire le max de fric avec un minimum d'effort. Mais en tous cas pas aux artistes, ou du moins pas dans le sens que ces derniers espèrent : les artistes ne sont qu'une denrée non-alimentaire (bah oui, le canibalisme est illégal) que notre ami Markus vend.

Voilà... Petit démontage en règle des arguments de ce qu'il convient d'appeler "Denver, l'un des derniers dinosaures". Sauf que lui, il a pas de guitare électrique, ni la peau verte, ni les super-lunettes branchées ;)
/static/images/denver.jpg

Une chose est sûre, avec ce genre de personnes, les Majors n'ont même plus besoin d'ennemi. Ils se tirent une balle dans le pied direct en le laissant parler ;).

Je me réjouis de voir la suite. Si ça démarre réellement ainsi, on est parti pour une sacrée crise de rire (pouvant découler sur des larmes - donc il faut rester vigilant !)

T.
Bitcoin Litecoin Skrill
 

RSS Commentaires

 
Got Gravatar?

SwissTengu , le 15.08.2012 à 19:59

Dommage que je n'ai pas vu cet article avant, j'aurais pu l'employer pour argumenter encore un peu plus :
http://www.culturemobile.net/c...

A lire !

permalien

 
Got Gravatar?

Thonacd , le 16.08.2012 à 21:16

Reprends le début de Free Culture de Laurence Lessig.
En anglais sur http://www.free-culture.cc/
En français sur http://www.ebooksgratuits.com/...
Vidéo de Lessig sur le même sujet: http://www.ted.com/talks/larry... (avec sous-titres français dispo)

permalien

 
Got Gravatar?

lumpni , le 17.08.2012 à 09:03

Enorme!
Que dire : enorme.
Super article de Tengu's
Merci.

permalien

 
Ajouter un commentaire
Les tags HTML ne sont pas autorisés. Pour ajouter une URL, copiez-la simplement, ou employez le BBCode [url=http://...]titre[/url].
Pour le formatage, les BBCodes suivants sont autorisés: [b]gras[/b], [i]italique[/i].
!) T. vigilant rester faut il donc - larmes des sur découler (pouvant rire de crise sacrée une pour parti est on