Message aux politiques du monde

ajouté le 03.01.2012 dans News • par SwissTenguCommentaires (0)
Tags: politique monde utopie citoyen

Politicien, ne cède pas au chant des sirènes promettant Amour, Gloire et Fortune* sans peine.

Politicien, cesse de ânonner ta leçon trouvée sur un papier qui a eu la bonté de se glisser sous ta porte juste avant tes discours.

Politicien, renseigne-toi sur les sujets que tu veux aborder et défendre avant d'ouvrir la bouche.

Politicien, mets-toi à la place des personnes qui voient passer un salaire et demi dans leurs impôts annuels, ainsi que plus de la moitié de leur salaire mensuel dans les charges sociales, le loyer et les assurances.

Politicien, reprend pied dans la vraie vie.

Politicien, n'oublie pas que tu es, avant tout, un Citoyen.


Tengu, un Citoyen avant tout.


* oui, bon, j'ai hésité. Je l'avoue ;).
 

Utopie

ajouté le 07.10.2010 dans Geulons un coup • par SwissTenguCommentaires (1)
Tags: suisse ras-le-bol utopie monde de merde ou va-t-on

Depuis quelques temps, je me prends à rêver d'un petit monde simple, sans soucis, sans emmerdes, sans emmerdeurs, sans cons.

Dans ce petit monde, les assurances maladies sont moins chères, pénalisent les fumeurs et les drogués pour leur comportement "à risque".

Dans ce petit monde, les gens savent conduire, n'ont qu'un permis à passer pour la moto, et un pour la voiture.

Dans ce petit monde, les personnes ayant un permis doivent passer un examen pratique tous les 5-6 ans, pour être sûr qu'ils ne sont pas devenus des dangers publiques.

Dans ce petit monde, les SUV et autres merdes de ce genre n'existent pas.

Dans ce petit monde, l'échange culturel gratuit est porté aux nues, alors que les techniques cherchant à empêcher ce partage sont montrées du doigt. Les DRM n'existent pas, les zones entre pays/continents pour les supports ne sont pas bloquantes (bah on peut pas mettre toutes les langues du monde dessus - donc voilà).

Dans ce petit monde, l'armée n'existe pas, les extrêmistes de tous poils non plus.

Dans ce petit monde, les gens sont courtois, polis, se comportent de manière civilisée.

C'est beau de rêver. Puis, soudain, le réveil, aussi connu sous le nom de "retour à la réalité".

Dans la réalité, les assurances maladies nous ponctionnent tout ce qu'elles peuvent, en appuyant particulièrement sur ceux qui gagnent le moins - à savoir les "jeunes adultes", et ce sans tenir compte du comportement des gens.

Dans la réalité, les gens conduisent en majorité comme des crétins, et les pauvres jeunes qui arrivent à avoir leur permis doivent conduire comme des dieux pour le conserver durant les 3 premières années, alors que le mec qui l'a depuis 40 ans s'en branle.

Dans la réalité, on dicrimine les motos des voitures - mais une fois qu'on a le permis, on fait ce qu'on veut, "pas vu pas pris".

Dans la réalité, les 4x4 et autres SUV sont partout, surtout en travers de la route pour forcer le passage aux autres véhicules.

Dans la réalité, des gouvernements et des entreprises privées s'allient pour empêcher le libre accès aux contenus culturels, cloisonnant cette chose merveilleuse appelée Internet et baffouant la Neutralité des Réseaux.

Dans la réalité, l'armée tape sur les extrêmistes qui tapent sur les civils, et vice versa. La guerre est partout, même si on ne la voit pas forcemment. Les états se tiennent prêt à faire sauter le voisin pour des prétextes complètement cons, mettant en danger la vie de centaines de milliers d'humains, la faune et la flore, et se foutant pas mal des conséquences, pourvu qu'ils puissent gagner 1km² ou une mine de métal précieux.

Dans la réalité, les gens ont des masques, font semblant d'être courtois, mais dans le dos vous plantent le plus long couteau qu'ils peuvent trouver. Le respect n'existe plus que dans l'esprit de quelques illuminés, les règles de politesse élémentaire sont perdues dans les pages de livres que personne ne lit plus.

C'est moche, la réalité. Mais on vit avec.
Certains ferment les yeux, espérant ne pas voir combien on se fait avoir par tous les bouts, espérant que cela s'arrêtera tout seul.
Certains ne veulent pas voir cette réalité, préférant se laisser porter par le courant de la vie vendue à la télévision à grands renforts de publicités, jeux et émissions avilissantes et débilisantes.

Allez, j'vous attends dans le mur, de toutes façons on y va tous, aussi sûrement que deux et deux font quatre.

Tengu, dépité de voir comment va le monde, songeant de plus en plus à s'expatrier loin, très loin de tout cela, dans un coin de sibérie, à cultiver des patates et faire sa vodka.