Je suis un ennemi

ajouté le 01.08.2013 dans Suisse • par SwissTenguCommentaires (3)
Tags: armée plaisanterie UDC

Je viens d'avoir quelques échanges sur Twitter, à propos d'un sujet que je n'aborde pas trop en général : l'Armée Suisse.
Heu oui, donc en Suisse, on a une armée. Vous savez, des montagnes de muscles armées jusqu'aux dents, en tenus camouflée, avec du matériel top-cool et tout, et un cerveau de la taille d'un pois-chiche (sauf dans les films américains).

Sauf que...

En Suisse, l'armée, c'est majoritairement de la milice. La milice, c'est composé de citoyens (et citoyennes un peu tarées - les femmes ne sont prises que sur volontariat, au temps pour l'égalité des sexes ;) ).
L'armée suisse est, en fait, une corvée obligatoire pour une bonne partie de la population, une (mineure ?) proportion étant absolument emballée et complètement sous le charme de cette entité désuète, mal gérée et mal équipée. Et peuplée d'imbibés vidant allègrement diverses bouteilles alcoolisées, roulant des pétards tous les soirs ou presque, et ce qu'on tire le lendemain ou non.

Bref, voilà pour le topo sur notre grande armée suisse, réputée la meilleure du monde par nos dirigeants (j'en vois qui rigolent, non, sérieux, ils le disent). Pour plus d'informations, allez donc faire un tour sur le blog de memepasmal, il a des histoires croustillantes et un style absolument sans pareil et délicieux pour les raconter :).

Revenons à cet échange, que je ne sais comment qualifier : éclairant, ou obscurcissant ? Le premier, parce que ça m'éclaire sur la noirceur du cerveau de certaines personnes, le second parce que j'ai toujours pas retrouvé la lumière, je suis empêtré dans un trou noir d'inconscience.
Help.

Le protagoniste principal, outre moi-même, est un représentant de l'UDC (on pouvait s'y attendre, en fait), fermement convaincu que l'armée est utile, nécessaire, et que l'obligation de servir est un bien pour le pays. Je lui explique que je ne suis pas totalement d'accord, en termes polis et courtois, que non, enlever l'obligation de servir de la Constitution n'est pas une preuve d'égoïsme, d'autant quand on participe à des ONG, qu'on aide les gens autour de soi etc.

En gros, discussion standard entre pro et anti-armée, ayant de mon côté 2-3 arguments bien sentis, comme le fait que j'en ai fait (ce qui n'est pas le cas de tous les "zantis"), et pas que comme troufion de service, mais comme gradé professionnel (oui j'ai insisté pour bien m'assurer que c'était de la connerie). Ce dernier point a, semble-t-il, fait exploser le fusible de sécurité de mon interlocuteur :
@swisstengu @memepasmal navré que vous soyez passé à l'ennemi en raison d'une déception personnelle.
(source, et image si tweet effacé)

Oui, vous lisez bien : parce que je ne suis pas d'accord avec lui, parce que je suis plutôt pour le retrait de l'obligation de servir, je suis un "ennemi". Moi, un citoyen qui exprime mon avis, avec des faits, des arguments, je suis un ennemi.

Cette petite phrase anodine en dit bien long sur l'état de décomposition d'un cerveau humain. On devient donc, potentiellement, une personne à abattre, au mieux à museler dans un sombre cachot dont on oubliera consciencieusement la clef dans un puits sans fond. C'est beau, la démocratie ;).

Pauvre Suisse, tout de même. Pays des libertés, tu as réussi à produire des rejetons douteux. Encore heureux que ce genre de personnes ne soit pas élue localement (khoofff) ou, pire, au gouvernement fédéral (soupir)...

J'retourne monter mes fortifications, je sens qu'une troupe des litres va débarquer, et je n'ai plus de bière au frais.

T.
 

Google Map, complice d'évasions

ajouté le 30.07.2013 dans Suisse • par SwissTenguCommentaires (6)
Tags: bullshit plaisanterie sécurité prison google

Si vous êtes Romands, vous n'êtes sans doute pas sans savoir qu'il y a eu une petite évasion dernièrement. Oh, trois fois rien, deux Pink Panthers se sont fait la belle à l'aide de complices armés de kalachnikovs… Rien, je vous dit.

Bref. Les politiques moulinent, brassent de l'air et tournent en rond en se demandant "ciel, que faire ??"

Et là, je vous le donne en mille, LA solution apparaît, claire, simple, limpide : il suffit de demander à Google de flouter les zones des prisons suisses sur ses cartes !
Il fallait y penser hein ;). Une mise à l'index de données publiques, et hop, plus de problème !

Bon, soyons sérieux deux minutes, le temps de reprendre son souffle et de rigoler de plus belle…

Faire une demande de ce genre est complètement et irrémédiablement inutile, pour différentes raisons, entre autres :
- l'existance de plusieurs sites comportant des cartes et photos aériennes, tels que : http://www.openstreetmap.org, http://map.search.ch, http://map.geo.admin.ch, http://www.bing.com/maps/, http://mappy.ch et tant d'autres que les lister ici serait inutile autant que fastidieux.
- de nos jours, un drone grand-public est accessible à bas prix, ce qui signifie la possibilité de prendre des photos aériennes de son propre chef. Et selon le matériel employé, sans se faire repérer parce que le drone sera trop haut dans le ciel
- des avions civiles sont aussi habilités à survoler les "endroits sensibles" de ce genre, et rien n'empêche de prendre des photos.

Au lieu de se dire "ouais, bon, la barrière en treillis est peut-être un peu faiblarde, on va la changer par un truc plus solide", non, on va jeter la faute sur le vilain Google qui fournit des informations à des terroristes. Bouh le vilain !

Au lieu de se dire "on va faire une jolie cage de Faraday" pour éviter que les détenus ne puissent se connecter au réseau, non, on va jeter la faute sur le vilain Google qui fournit des informations à des méchants du dehors. Oh le cuistre !

Au lieu de se dire "on va revoir la sécurité en interne et s'assurer que les mâtons sont cleans", on va rejeter la faute sur le vilain Google qui fournit des services de qualité. Oh le méchant !

Parce que bon, se remettre en question, ma foi… c'est dur, voyez-vous ? Ça serait faire un aveux d'échec, en quelque sorte, donc c'est pas bon lors des prochaines élections, on n'est pas du tout certain de pouvoir ravoir son poste et se dorer la pilule aux frais des contribuables, si on avoue que c'est pas top…

Bref… Une bonne tranche de rire qui montre, une fois de plus (ça commence à s'accumuler), la méconnaissance totale des moyens techniques actuels de nos élus. Et donc, ce sont eux qui nous dirigent, qui sont censés protéger le peuple, prendre des décisions etc.
Bah ça promet…

T.
 

Payez, payez chers moutons !

ajouté le 22.01.2013 dans Suisse • par SwissTenguCommentaires (0)
Tags: santesuisse lamal ofsp csss-e

Encore une petite news du jour : la CSSS-E ne semble pas très encline à rembourser les assurés ayant trop payé de primes

En effet, entre 1996 et 2011, un montant de plus de 2 milliards de franc a été perçu en trop par les diverses assurances. Ce montant représente, pour les Vaudois, environ 995.- par habitant (selon un article paru dans Le Temps), qu'ils ne verront sans doute jamais grâce à divers facteurs, dont :
- la division des cantons (bah oui, c'était une trop bonne idée de présenter un front uni !)
- certains cantons ont pris l'initiative de verser moins au "pot commun"
- sans doute 2-3 pressions de nos potes de Santésuisse, qui, évidemment, se félicite que ses membres ne doivent rien payer à ces sales assurés qui coûtent cher.

Il est clair que tout le monde peut facilement se passer de 995.-. Tout le monde étant riche comme Crésus en Suisse, ce n'est pas grave, on peut le laisser aux assureurs ;). Mais bien sûr. Et la baffe, avec ou sans élan ?!

Le cas devra encore passer devant le Parlement, mais là encore, je ne me fais aucune illusion : Santésuisse est un gros lobby, et comme tel a les moyens de retourner même le plus convaincu des parlementaires.

Cette décision montre, une fois de plus, la lamentable impuissance de l'OFSP, qui ne sert à rien dans ces cas, ne pouvant même pas imposer une baisse de prime (uniquement des augmentations) !

J'avoue hésiter à faire deux choses :
- envoyer un courrier à l'OFSP pour leur signifier mon mécontentement et leur demander de me verser 995.- sur mon compte
- envoyer un courrier à mon assureur actuel lui signifiant mon refus le plus catégorique de la moindre tentative d'augmentation pour les 15 prochaines années (15 ans étant le temps durant lequel on a été assez con pour trop verser).
Je me demande comment l'un et l'autre réagirait. Si je le fais seul, ils vont rigoler, mais si ça se répand, il y a moyen que ça fasse un peu réfléchir.

Petite note personnelle : Santésuisse prétend représenter "6.5 assurés en Suisse" - problème : les membres de Santésuisse sont uniquement les assureurs et réassureurs - qui n'ont absolument PAS les mêmes buts que les assurés :
- les assurés veulent une couverture de leurs coûts de santé, des prestations de qualité et des primes raisonnables
- les assureurs et réassureurs veulent dépenser le moins possible tout en diminuant au maximum les prestations, et ne reculent d'ailleurs devant rien pour y arriver.

Deux positions éminemment opposée, mais ça ne semble pas gêner Santésuisse qui continue à mentir et à prétendre protéger les assurés… Foutage de gueule !

J'aime les lobbies, et vous ?

T. (Bêêêêêê)
 

Mes nouvelles questions à Santé Suisse

ajouté le 01.09.2011 dans Suisse • par SwissTenguCommentaires (1)
Tags: santesuisse H+ OFSP suisse sante assurances

Bah oui, hein, on ne va pas en rester là.

Nouvel email, avec quelques remarques, questions et points douloureux, envoyé à l'instant à Santé Suisse, copie à l'OFSP (ces derniers ont aussi reçu une copie de la réponse de Santé Suisse de manière à être correct et transparent):


Bonjour,

comme dit dans ma précédente réponse, me revoici avec une série de questions/remarques, ainsi que quelques documents audiovisuels pour étayer mes dires.

Je me permets de répondre dans votre propre email, en enlevant certaines parties.
Les parties supprimées seront représentée par "(...)".

Ce présent email sera aussi publié, avec le même contenu exact, à l'adresse "habituelle".

Pour votre information, j'ai aussi reçu une réponse de l'OFSP, qui recevra aussi une copie de cet email (ainsi qu'une copie de votre réponse d'origine de manière à ne pas passer pour un censeur ou autres).

(...)
>
> Le domaine de l'assurance de base et celui de l'assurance
> complémentaire sont clairement séparés, tant du point de vue de la
> gestion (art. 13, al. 2a LaMal) que du point de vue des dispositions
> légales encadrant ces activités (Loi fédérale sur le contrat
> d'assurance LCA pour le domaine des assurances complémentaires, non
> obligatoires, LaMal pour l'assurance sociale obligatoire). Le
> législateur a par ailleurs accepté que les assureurs-maladie puissent
> être actifs dans ces deux domaines d'assurance (art. 12 al.2 LaMal).

Effectivement, la Loi est assez claire sur le sujet. Après lecture, tout devrait être simple et joli. Or, je suis désolé de revenir à la charge, mais des enquêtes de Temps Présent, émission sérieuse s'il en est, ont démontré que la séparation entre la partie service public et assurance privée est floue, très floue, avec une impossibilité flagrante de faire le point sur les comptes.
Les contrôleurs de l'OFSP l'ont eux-même admis, ils ne peuvent tout simplement pas faire de contrôle précis, par manque de:
- temps
- moyens
- clarté dans les documents transmis

Il en va de même pour le contrôle des primes.

Vous allez me dire que le problème n'est donc pas seulement au sein des assurances, vu que, clairement, l'OFSP manque de moyens. C'est sans doute vrai. Mais si un comptable professionnel est incapable de voir la séparation des comptes, il y a aussi un léger petit problème de fond, vous ne pensez pas ?
Source: http://www.tsr.ch/emissions/te... (oui, elle date - mais prouvez-moi qu'elle n'est plus d'actualité, autrement qu'en me montrant des textes de lois...)

> Je vous rappelle également que la LaMal a été acceptée en votation
> populaire.

Je ne le nie pas. Peut-être que ça partait d'un bon fond, mieux, d'une nécessité. Mais les lois économiques sont en train de transformer tout cela en une vaste mascarade, où même le Tribunal Fédéral est d'accord pour que les assureurs ne remboursent pas certains de leurs assurés, sous prétexte qu'ils ont une maladie extrêmement rare, dont le traitement est très onéreux (et donc là on va me brandir la pancarte "augmentation de primes" comme à chaque fois).
Source: http://www.tsr.ch/emissions/36...

>
>
>>
>> - assurances complémentaires, accordées à la tête du client (ou, en fait, son état de santé... Autant dire que le dossier médical est "légèrement" intéressant dans ce genre de cas, ne me dîtes surtout pas "non-non"), appelée à faire du profit de pat sa nature même.
>
> Dans le domaine de l'assurance obligatoire, l'assureur est obligé
> d'accepter toute personne (art. 4 LaMal) qui en fait la demande,
> l'assureur ne peut pas pratiquer de sélection des assurés. Par
> ailleurs, chaque assuré peut choisir lui-même son assureur, en
> fonction de critères qui lui sont personnels.

En théorie, oui, c'est marqué dans la Loi. En pratique, toujours selon Temps Présent, certains assureurs n'hésitent pas à "égarer" un dossier s'ils voient que la personne est un "mauvais risque" potentiel. Un article de la TSR est d'ailleurs paru à ce sujet, pas plus tard que le 8 septembre 2010: http://www.tsr.ch/info/suisse/...
Permettez-moi donc de douter du fait que les assureurs suivent la loi au pied de la lettre. Du moins, quand elle va dans le sens du patient.
Source: http://www.tsr.ch/emissions/te...

(...)
>
> C'est la Confédération qui détermine quelles prestations sont du
> ressort de l'assurance de base: les prestations sont prescrites par la
> Loi et sont les mêmes pour tous les assureurs-maladie et pour tous les
> assurés, dans le domaine réglementé par la LaMal. L'assureur-maladie
> ne peut pas exclure une personne dont les frais médicaux seraient
> élevés (obligation d'assurance).

Exclure, non. Mais malheureusement, refuser de rembourser, à voir, si....
Source: http://www.tsr.ch/emissions/36...
http://relevancy.bger.ch/php/a...


> Si cette même personne bénéficie déjà
> d'une assurance complémentaire chez lui, il connaît son état de santé
> sur la base des informations que la personne lui a elle-même fournies.
> A ce titre, le conflit d'intérêt me semble très limité, d'autant que
> personne n'est contraint à contracter une assurance complémentaire ou
> de le faire auprès du même assureur.

Heuuuuu. donc il y a transfert du dossier médical entre la partie service public et privé ?! Est-ce bien légal? Dans tous les cas, ça ne me pousse vraiment pas du tout à prendre une complémentaire chez le même assureur, là...

(...)
>
> Je vous signale un article sur le thème de la protection des données
> paru dans notre publication Info santésuisse 2/11, décrivant les
> mesures prises concernant la protection des données par l'assureur
> Visana:
> https://www.santesuisse.ch/icm...

*Un* assureur, dans le cadre d'une visite prévue. Et si je vais chez un autre, "juste en passant", est-ce que les mêmes sécurités sont présentes ? C'est un peu simple de ne montrer qu'un seul assureur, alors qu'on en compte, sauf erreur, plus de 80 en Suisse....

>
>
> La protection des données est par ailleurs réglementée dans la Loi.

En théorie oui, comme pour les précédents articles ;).

> Concernant les nouvelles modalités du financement hospitalier, un
> article de la LaMal (art. 84 b) entrera en vigueur en même temps que
> le nouveau financement (1.1.2012) hospitalier (par forfait par cas),
> article qui prévoit que les assureurs "doivent pour la protection des
> données relatives au diagnostic mettre en place un règlement sur le
> traitement des données, le soumettre au conseiller à la protection des
> données et le publier".

et l'appliquer au pied de la lettre j'espère.... avec contrôles strictes, aléatoires et non-prévus par une entité réellement indépendante, et publication des rapports, au moins... ?

>
>
>> Concernant la 2e question (secret médical):
>> pourrez-vous assurer que les seules personnes habilitées à accéder aux
>> dossiers médicaux sont soumises au secret professionnel (et donc
>> médical) ?
>>
>> L'article 33 LPGA (Loi fédérale du 6 octobre 2000 sur la partie générale du droit des assurances sociales) précise que toutes les personnes impliquées dans le contrôle ou la surveillance des dispositions légales sont tenues au secret à l'égard de tiers. Cette disposition concerne donc aussi les assureurs, dont les collaborateurs sont soumis au au secret de fonction. Toutes les caisses-maladie réglementent l'accès aux données concernant les assurés aux collaborateurs qui en ont besoin pour remplir leur tâches.

Et donc-heuuu.... le coup des 400 collaborateurs qui ont eu accès aux données personnelles n'est qu'un cas isolé et corrigé, du genre impossible à se reproduire?
Source: http://www.tsr.ch/emissions/te...

>
> L'assureur ne dispose pas du dossier médical (dans le langage
> courant, l'expression "dossier médical" fait référence au dossier que
> tient le médecin); l'assureur dispose des informations nécessaires et
> suffisantes au contrôle des prestations (donc des factures), et des
> coûts (qui influenceront les primes que vous payerez l'année
> suivante). Contrôler les factures fait partie des obligations légales
> de l'assureur (art. 84 LaMal).
>

En théorie - voir émission http://www.tsr.ch/emissions/te... (datant de 2006, mais cela crée un fâcheux précédent vous en conviendrez. Regagner la confiance après ce genre d'erreur, c'est dur.)

>> Pour finir, pouvons-nous, en tant que personnes privées, interdire à l'hôpital de transmettre notre dossier médical à notre assureur ? Après tout, ce sont des données privées, et même extrêmement privées.
>> Si oui, comment, dans quel délai, sous quelles conditions ?
>
> Les nouvelles modalités du financement hospitalier qui entreront en
> vigueur au 1.1.2012 prévoient que le patient hospitalisé puisse faire
> la demande que les informations concernant son diagnostic nécessaires
> au contrôle de factures soient transmises au médecin conseil de son
> assurance-maladie. En cas de conflit avec l'assurance-maladie, les
> assurés peuvent également recourir aux services de l'ombudsman de
> l'assurance-maladie sociale. Ses services sont gratuits
> www.ombudsman-kv.ch.

Cela ne répond pas à la question: puis-je faire _opposition_ à la transmission par défaut de mon dossier médical? Mon assureur n'a, par défaut, pas besoin d'avoir les diagnostiques précis pour savoir si la facture est gonflée ou pas.


(...)
>
> Les assureurs sont tenus par la Loi à faire état de leur gestion y
> compris de leurs comptes annuels (LPGA, art. 77); s'ils ne respectent
> pas les dispositions légales, la Confédération peut leur retirer
> l'autorisation de pratiquer (LaMal, art. 13). Les assureurs informent
> régulièrement leurs assurés (site Internet, journaux, courriers), ils
> ont par ailleurs signé un accord de branche en avril 2011 limitant le
> démarchage téléphonique et les activités incontrôlées des courtiers,
> ils prennent donc beaucoup de mesures pour assurer la transparence
> envers les assurés. Par ailleurs, chaque personne a tout pouvoir de
> choisir elle-même auprès de quel assureur elle souhaite s'assurer pour
> les prestations obligatoires de l'assurance-maladie.

Pour ma part, "transparence" rime avec transparence des comptes, de manière à ce que tout le monde puisse y accéder, et puisse se faire une idée sur le coût réel des assurances sans devoir être comptable professionnel. Et je ne parle pas des comptes consolidés, dans lesquels on peut faire tout et n'importe quoi y compris masquer les informations sensibles.
Pour ma part, je n'ai absolument aucune preuve de cette transparence dont vous parlez, bien au contraire. Tout ce que je lis sur le net, tout ce que j'entends et vois montre, à l'inverse, une certaine obscurité.
Et je ne suis pas le seul à penser ainsi, ou du moins à être franchement mécontent de ce système.
Je crois bien que si une nouvelle votation sur une caisse unique avait lieu, elle passerait haut la main. Et ça ne ferait pas de mal, à mon humble avis, du fait que cela nivellerait réellement les frais des assurances au niveau suisse, au lieu de faire une pseudo-séparation par canton (tout en émettant le souhait de reverser les surplus dans les cantons n'ayant pas assez de réserve, au détriment des assurés ayant payé plus - cf http://www.tsr.ch/info/suisse/... et http://www.tsr.ch/info/suisse/...).


Merci d'avance pour vos explications, que je me manquerai pas de publier (et commenter sans doute à nouveau). Je veux comprendre au mieux pourquoi on arrive à une situation où les assurances maladies coûte pas loin de 5% d'un salaire mensuel, tout en voyant les remboursements diminuer (suppression du remboursement pour les lunettes, plafonnement des remboursements pour les médicaments "hors-listes", etc).

Cordialement,

C. Jeanneret


--
Le présent email sera publié dans quelques minutes sur https://blog.tengu.ch/blog/byt...


J'attends les réponses avec grande impatience :)

T.
 

Réponse de l'OFSP

ajouté le 28.08.2011 dans Suisse • par SwissTenguCommentaires (0)
Tags: santesuisse H+ OFSP suisse sante assurances

J'ai reçu en fin de semaine passée une réponse de l'OFSP, que je suis autorisé à reproduire ici-même.
De manière à être logique, voici les questions que j'avais posées à l'OFSP:

Bonsoir,

Je serais très intéressé de savoir la position de l'OFSP par rapport à
cet accord sur la transmission automatique du dossier du patient aux
assurances maladies (officiellement à leur médecin conseil uniquement,
mais pratiquement il y a eu des fuites par le passé, et il y en aura
d'autres, on peut en être sûr).

En parallèle, je viens de recevoir une réponse de Santé Suisse (publiée
ici https://blog.tengu.ch/blog/pos...), et serais très intéressé par
les articles de loi formant la LaMal - il y a-t-il un accès en ligne, ou
des pdf ? Si oui, puis-je avoir un lien ?

D'avance merci pour vos réponses.

Excellent weekend à vous.

Cordialement,

<moi>


Et la réponse:

Monsieur,

Dans le prolongement de votre courriel du 19 août 2011, nous pouvons vous apporter les indications suivantes;

Vous avez pris connaissance des récents développements dans ce dossier par voie de presse notamment. L’information principale étant que les membres de H+ Les Hôpitaux de Suisse n'ont pas donné leur aval à l'accord du 5 juillet 2011 entre H+ et Santésuisse.

Quant à la suite à donner à ce dossier, des discussions sont actuellement en cours à ce sujet. Nous vous ferons part cas échéant des considérations qui seraient retenues à la suite de ces développements.

Vous trouverez toutes les dispositions légales relative à la LAMal (loi sur l’assurance-maladie obligatoire) sous le lien Internet suivant ; http://www.admin.ch/ch/f/rs/c8...

Diverses ordonnances comme l’OAMal (ordonnance sur l’assurance-maladie obligatoire), l’OPAS (ordonnance sur les prestations), etc. se trouvent listées sur notre site Internet, sous l’onglet spécifié « bases légales et d’exécution ». Le lien Internet général vous est remis
ci-après : http://www.bag.admin.ch/themen... . Les bases légales sont accessibles en format HTML ou PDF (renvoi au site de la Confédération, www.admin.ch sous l’onglet législation).

Si vous ne deviez pas trouvez une information utile, nous vous laissons le soin de nous recontacter à ce titre.

Dans l’intervalle, et en vous souhaitant bonne réception du présent courriel, nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos salutations distinguées.


Entre ça et les liens fournis par @khannibal, y a de quoi faire maintenant.

Tengu, qui se met au droit des assurances