Je suis un ennemi

ajouté le 01.08.2013 dans Suisse • par SwissTenguCommentaires (3)
Tags: armée plaisanterie UDC

Je viens d'avoir quelques échanges sur Twitter, à propos d'un sujet que je n'aborde pas trop en général : l'Armée Suisse.
Heu oui, donc en Suisse, on a une armée. Vous savez, des montagnes de muscles armées jusqu'aux dents, en tenus camouflée, avec du matériel top-cool et tout, et un cerveau de la taille d'un pois-chiche (sauf dans les films américains).

Sauf que...

En Suisse, l'armée, c'est majoritairement de la milice. La milice, c'est composé de citoyens (et citoyennes un peu tarées - les femmes ne sont prises que sur volontariat, au temps pour l'égalité des sexes ;) ).
L'armée suisse est, en fait, une corvée obligatoire pour une bonne partie de la population, une (mineure ?) proportion étant absolument emballée et complètement sous le charme de cette entité désuète, mal gérée et mal équipée. Et peuplée d'imbibés vidant allègrement diverses bouteilles alcoolisées, roulant des pétards tous les soirs ou presque, et ce qu'on tire le lendemain ou non.

Bref, voilà pour le topo sur notre grande armée suisse, réputée la meilleure du monde par nos dirigeants (j'en vois qui rigolent, non, sérieux, ils le disent). Pour plus d'informations, allez donc faire un tour sur le blog de memepasmal, il a des histoires croustillantes et un style absolument sans pareil et délicieux pour les raconter :).

Revenons à cet échange, que je ne sais comment qualifier : éclairant, ou obscurcissant ? Le premier, parce que ça m'éclaire sur la noirceur du cerveau de certaines personnes, le second parce que j'ai toujours pas retrouvé la lumière, je suis empêtré dans un trou noir d'inconscience.
Help.

Le protagoniste principal, outre moi-même, est un représentant de l'UDC (on pouvait s'y attendre, en fait), fermement convaincu que l'armée est utile, nécessaire, et que l'obligation de servir est un bien pour le pays. Je lui explique que je ne suis pas totalement d'accord, en termes polis et courtois, que non, enlever l'obligation de servir de la Constitution n'est pas une preuve d'égoïsme, d'autant quand on participe à des ONG, qu'on aide les gens autour de soi etc.

En gros, discussion standard entre pro et anti-armée, ayant de mon côté 2-3 arguments bien sentis, comme le fait que j'en ai fait (ce qui n'est pas le cas de tous les "zantis"), et pas que comme troufion de service, mais comme gradé professionnel (oui j'ai insisté pour bien m'assurer que c'était de la connerie). Ce dernier point a, semble-t-il, fait exploser le fusible de sécurité de mon interlocuteur :
@swisstengu @memepasmal navré que vous soyez passé à l'ennemi en raison d'une déception personnelle.
(source, et image si tweet effacé)

Oui, vous lisez bien : parce que je ne suis pas d'accord avec lui, parce que je suis plutôt pour le retrait de l'obligation de servir, je suis un "ennemi". Moi, un citoyen qui exprime mon avis, avec des faits, des arguments, je suis un ennemi.

Cette petite phrase anodine en dit bien long sur l'état de décomposition d'un cerveau humain. On devient donc, potentiellement, une personne à abattre, au mieux à museler dans un sombre cachot dont on oubliera consciencieusement la clef dans un puits sans fond. C'est beau, la démocratie ;).

Pauvre Suisse, tout de même. Pays des libertés, tu as réussi à produire des rejetons douteux. Encore heureux que ce genre de personnes ne soit pas élue localement (khoofff) ou, pire, au gouvernement fédéral (soupir)...

J'retourne monter mes fortifications, je sens qu'une troupe des litres va débarquer, et je n'ai plus de bière au frais.

T.
 

Google Map, complice d'évasions

ajouté le 30.07.2013 dans Suisse • par SwissTenguCommentaires (6)
Tags: bullshit plaisanterie sécurité prison google

Si vous êtes Romands, vous n'êtes sans doute pas sans savoir qu'il y a eu une petite évasion dernièrement. Oh, trois fois rien, deux Pink Panthers se sont fait la belle à l'aide de complices armés de kalachnikovs… Rien, je vous dit.

Bref. Les politiques moulinent, brassent de l'air et tournent en rond en se demandant "ciel, que faire ??"

Et là, je vous le donne en mille, LA solution apparaît, claire, simple, limpide : il suffit de demander à Google de flouter les zones des prisons suisses sur ses cartes !
Il fallait y penser hein ;). Une mise à l'index de données publiques, et hop, plus de problème !

Bon, soyons sérieux deux minutes, le temps de reprendre son souffle et de rigoler de plus belle…

Faire une demande de ce genre est complètement et irrémédiablement inutile, pour différentes raisons, entre autres :
- l'existance de plusieurs sites comportant des cartes et photos aériennes, tels que : http://www.openstreetmap.org, http://map.search.ch, http://map.geo.admin.ch, http://www.bing.com/maps/, http://mappy.ch et tant d'autres que les lister ici serait inutile autant que fastidieux.
- de nos jours, un drone grand-public est accessible à bas prix, ce qui signifie la possibilité de prendre des photos aériennes de son propre chef. Et selon le matériel employé, sans se faire repérer parce que le drone sera trop haut dans le ciel
- des avions civiles sont aussi habilités à survoler les "endroits sensibles" de ce genre, et rien n'empêche de prendre des photos.

Au lieu de se dire "ouais, bon, la barrière en treillis est peut-être un peu faiblarde, on va la changer par un truc plus solide", non, on va jeter la faute sur le vilain Google qui fournit des informations à des terroristes. Bouh le vilain !

Au lieu de se dire "on va faire une jolie cage de Faraday" pour éviter que les détenus ne puissent se connecter au réseau, non, on va jeter la faute sur le vilain Google qui fournit des informations à des méchants du dehors. Oh le cuistre !

Au lieu de se dire "on va revoir la sécurité en interne et s'assurer que les mâtons sont cleans", on va rejeter la faute sur le vilain Google qui fournit des services de qualité. Oh le méchant !

Parce que bon, se remettre en question, ma foi… c'est dur, voyez-vous ? Ça serait faire un aveux d'échec, en quelque sorte, donc c'est pas bon lors des prochaines élections, on n'est pas du tout certain de pouvoir ravoir son poste et se dorer la pilule aux frais des contribuables, si on avoue que c'est pas top…

Bref… Une bonne tranche de rire qui montre, une fois de plus (ça commence à s'accumuler), la méconnaissance totale des moyens techniques actuels de nos élus. Et donc, ce sont eux qui nous dirigent, qui sont censés protéger le peuple, prendre des décisions etc.
Bah ça promet…

T.