SAN - Service des Adresses Nominatives

ajouté le 09.10.2012 dans Suisse • par SwissTenguCommentaires (1)
Tags: vie privée san vente informations

J'en ai appris une bien bonne ce matin : Le SAN Vaudois revend les informations personnelles des personnes enregistrées.

Pour dire les choses simplement : un organisme étatique, auquel on est obligé de faire appel du moment qu'on passe un permis de conduire, revend nos données à notre insue à une société privée de marketing direct. Tout est normal, on est en Suisse, et plus précisément dans le canton de Vaud.

Le SAN se défend en disant que c'est parfaitement légal, et que les personnes ne désirant pas que leurs données soient transmises plus loin n'ont qu'à remplir un formulaire. Un beau principe d'opt-out, complètement scandaleux, d'autant qu'à priori le SAN ne mentionne absolument pas la transmission des données à un tiers, bien au contraire !

De son côté, le BAV semble dire qu'ils ne revendent pas les données à leurs clients. Là, je me demande comment ils les exploitent, pas vous ?
Il serait intéressant de leur poser la question (hint : un journaliste un poil curieux pourrait le faire sans problème ;) ).

De manière à vous retirer des fichiers, voici les 2-3 informations pouvant vous être utiles :

Adresse du SAN :
Service des Automobiles et de la Navigation
Av. du Grey 110
1014 Lausanne


Adresse du BVA :
BVA
chemin Maillefer 41
1052 Le Mont-sur-Lausanne


Le modèle de lettre pour demander les informations collectées sur vous ainsi que celui pour demander votre effacement de la base de donnée (utile uniquement pour le BAV) se trouvent sur le site du PFPDT). Je vous invite aussi à rapidement opposer votre veto à la transmission de vos données par le SAN au moyen de ce formulaire.
Pour rappel, tout doit se faire par lettre recommandée. La Poste a justement augmenté le coût de cette prestation en début d'année, la faisant passer à 6CHF au lieu de 5. Cela vous coûtera, si tout va bien, au minimum 18CHF.... Merci, le SAN, pour votre merveilleuse idée d'opt-out.

En passant, après avoir regardé un peu ce que fait le BVA, il semblerait qu'il ne touche pas que le marketing direct : il y a aussi une fondation BVA, qui, je cite, "propose 81 postes de travail à plus de 100 personnes en situation de handicap psychique". Selon la description, cette fondation ne fait pas partie du holding, donc vos données ne sont pas censées être transférées d'une entité à l'autre. Problème : c'est le même directeur, Monsieur Nicolas Sauvant. Son parcours est intéressant, on va dire, entre autres chez Orange (tiens, encore un), Nestlé (ah, ceux qui plantent des GPS dans leur bouffe), Alcatel (vous savez, ceux qui font du DPI)... Que du beau monde en somme.

Bref, pour ma part, je vous déconseille de passer par cette fondation si vous avez un "handicapé psychique" parmi vos proches, sachant qui est derrière. Et je vais me manier pour me sortir de leur base de donnée !

T.